Vous êtes ici > Fumeurs > Stop BPCO > Réagir après

Réagir après

Il est important de dépister une BPCO aussitôt que possible. Si le patient cesse de fumer, la progression de la maladie peut être ralentie. Un traitement médicamenteux diminue les symptômes, et une activité physique régulière augmente les performances physiques.

Impératif: l’arrêt du tabagisme

La BPCO est une maladie incurable. Seul l’arrêt définitif du tabac empêche que la destruction des poumons ne se poursuive. Si l’on ne présente encore aucun problème respiratoire, il est primordial de renoncer au tabac pour éviter une future BPCO.

>> Aide pour arrêter de fumer

 

L’entraînement augmente les capacités physiques

Les patients souffrant de BPCO sont souvent en médiocre condition physique. Ils sont pris dans un cercle vicieux: ils évitent tout effort physique puisque ce dernier provoque une dyspnée (essoufflement), ce qui abaisse leur condition physique. Cette dernière se détériore de plus en plus et la dyspnée apparaît lors d’efforts de moins en moins intenses. Un entraînement en endurance régulier diminue ou évite la détérioration de la condition physique des patients souffrant de BPCO. Il suffit d’une demi-heure par jour d’entraînement physique pour améliorer l’état de la musculature et mieux respirer.

 

L’oxygénothérapie à domicile facilite la respiration

Lorsque la BPCO a atteint un stade avancé avec une carence chronique en oxygène, une oxygénothérapie à domicile est nécessaire. Le patient reçoit, par le biais d’une sonde nasale, de l’oxygène pendant au moins 16 heures par jour. Cet oxygène provient d’un concentrateur ou d’un conteneur à oxygène liquide. Grâce à la technologie actuelle, il est aisé d’instaurer une oxygénothérapie à domicile.

 

CIPRET VALAIS | Rue des Condémines 16 CP 1951 Sion | Tél. 027 329 04 15 | Fax 027 329 04 30
powered by /boomerang